FANDOM


Page en construction

Chapitre 164: La Prison (titre temporaire)Modifier

Arguan, le sourire aux lèvres, ne pouvait s'empêcher de ricaner devant l'air effaré que prenait Mr.2. Il prit son arme, la pointa droit devant lui, et appuya sur ce qui semblait être un bouton. Tout d'un coup, un étrange mécanisme se produisit. L'extrémité du sabre se tordit , puis, d'autres armes se créèrent. Chacune d'entre elles se mit en ligne autour de leur propriétaire, ce qui semblait être une protection pour que ce dernier résiste à toutes les attaques de Mr.2. 

Arguan: Vois-tu, la puissance du Purgateur de Mondes est vingt fois plus puissante après sa transformation ! Tu n'as plus aucune chance face à moi ! Missile de sabres !

Tout les sabres formèrent une arme géante qui s'apprêtait, lentement, à frapper Mr.2. Ce dernier eut une idée: si ce sabre géant est aussi lent, cela pourrait me donner un avantage ! L'agent du Baroque Works pris son élan et donna un énorme coup imbibé de haki au centre même du sabre, qui, à la joie de Mr.2, se brisa en mille morceaux.

Arguan: Quoi ?! C'est impossible ! Tu es bien l'un des seuls ayant réussi à accomplir un tel tour de force !

Mr.2 fut saisit d'un fou rire et dit:

Mr.2: Quelqu'un y est arrivé avant moi ?

Arguan: Oui... Vous êtes sur le même pied d'égalité.

Mr.2: Qui est-ce ?

Arguan: Un révolutionnaire qui agissait seul, dans le plus grand secret. Son existence en est presque devenu une légende, un mythe. Rares étaient les fois ou une seule personne le voyait, et ce, dans la plus grande discrétion.

Mr.2: Je vois. Vous vous vantez de la puissance de votre arme, mais votre mécanisme reste inefficace face à mes coups.

Arguan: Je peux répéter cette technique un nombre incalculable de fois.

Sans que l'agent ne le prévoit, Arguan chargea sur lui et il fut grièvement blessé. Il fracassa le mur et se retrouva dans une pièce bien étrange. Sur de longues et hautes étagères s'étendaient plusieurs centaines de trophées qui brillaient à la lueur du soleil. Sa contemplation lui valut une nouvelle blessure, plus forte et plus profonde. Cette attaque ne venait pas d'Arguan, mais de son maître, Hachetoransuperanto.

Hachetoransuperanto: Rebondissements !

Il fit tournoyer sa hache invisible et la jeta contre les murs qui eurent de multiples fissures jusqu'au moment ou elle atterrit sur Mr.2. Ce dernier creusa un énorme trou dans le sol, mais, de toute évidence, ce dernier n'était pas assez solide et le plafond de l'étage inférieur tomba avec beaucoup de débris.

Mr.2 (pense): C'est pas vrai ! Seul, je n'ai aucune chance ! Arguan est devenu plus puissant et plus résistant et son maître l'est d'avantage ! 

Soudain, le protagoniste vit briller contre un angle du mur ce qui semblait être une arme. Il s'agissait non pas d'un sabre, mais d'une épée, parsemée d'épines sur ses côtés. Dans un dernier espoir, il l'a pris et fut pris d'une stupeur. Hachetoransuperanto allait l'attaquer mais les épines de l'épée se rallongèrent et s'enroulèrent autour de lui.

Hachetoransuperanto: Je vois que tu m'as montré un petit tour ! Mais c'en est fini !

L'assaillant pris une pose plutôt étrange, comme pour montrer ses muscles, puis il prononça:

Hachetoransuperanto: Cataclysme déchu !

Tout à coup, un vent violent constitué de braises se forma et l'agent du Baroque Works se retrouva plaqué contre le mur, incapable du moindre geste pour le sauver de cette douloureuse situation.

Arguan: Maître, je pouvais m'en occuper !

Hachetoransuperanto: Certainement pas ! Tu es bien trop faible ! À présent, la victime de l'attaque perdait tout sa respiration et était sur le point de mourir. Hachetoransuperanto: Une dernière chose ! Je suis Grysta Teurkain le "Dévastateur Invisible" !

Lorsque Mr.2 se réveilla, il n'était plus dans la pièce aux trophées, ni dans celle où il avait trouvé l'épée. Sa vision était encore floue, mais il perçut des barreaux et réalisa qu'il était en prison. Il entendit des murmures lointains:

Roi: Vous croyez réellement qu'il y a touché ? C'est plus grand qu'un héritage, cette chose-là ! Garde 1: Nous sommes sûrs et certains que c'était l'Épée Prédictoire ! Roi: Cette épée est l'une de ces épées maudites qui vagabondent dans le monde ! Il est certain qu'il est blessé Grysta ! Même lui a ressentit de grandes douleurs et a eut d'horribles visions !

Garde 1: Cette épée a la capacité de rendre fou n'importe qui la portant. Elle peut également produire des prédictions et les épines qui la protègent sont extrêmement dangereuses ! Mr.2 entendit une seconde voix, qui devait être un autre garde:

Garde 2: Une légende raconte qu'il y a deux cent ans, quelqu'un a trouvé cette épée et a tenté d'y enlever les épines.

Alors qu'il était sur le point de réussir, un océan d'épines est sortit de l'épée et il n'a jamais été revu depuis.

Roi: C'est pour cette raison que je tiens à la poser dans une salle dont personne ne peut entrer.

Garde 1: Hier, l'intru y est allé et s'en est servit ! Bizarrement, l'épée l'a défendu face à son ennemi !

Roi: Je dois aller lui parler ! Amenez-le moi !

Les gardes s'exécutèrent et irent jusqu'à la cellule de Mr.2. La porte faite de barreaux s'ouvrit et il dut s'exécuter. Ils traversèrent beaucoup de couloirs. Ce palais était un labyrinthe. Ils arrivèrent en face d'une énorme porte métallique. Ils l'ouvrirent et il s'agissait de la salle du trône. Des milliers de tableaux représentants les différents rois et reines au cours des différentes générations se succédèrent. Le roi était vêtu dans un style qui lui était propre et ordonna à Mr.2 de lui dire pourquoi l'épée lui a "obéit".

Roi: Cela fait des années que l'épée n'a jamais obéit à quelqu'un ! À chaque fois que quelqu'un s'en servait, elle se révoltait contre son propriétaire ! Pourquoi t'a-t-elle défendu ? POURQUOI !

Mr.2: Il... Il s'agissait simplement d'une tentative d'espoir pour ne pas mourir. 

Roi: Un simple rejeton de ton espèce ne peut devenir le nouveau propriétaire d'une telle arme, aussi dévastatrice soit-elle ! Vois-tu, l'un de mes ancêtres avait volé cette épée il y a de cela bien des années. Depuis, elle traverse la famille royale au fil des générations. Seul le membre de la famille le plus courageux peut la porter !

Soudain, le roi pris Mr.2 et le souleva. 

Roi: Comment un morveux comme toi peut être éligible d'un tel héritage ?

Mr.2: JE VOUS DIS SIMPLEMENT QU'ELLE M'A AIDÉ DANS UN MOMENT OU TOUT ESPOIR SEMBLAIT PERDU !

Le roi fut effrayé par le ton qu'utilisait l'agent du Baroque Works.

Roi: Ramenez-le à sa cellule !

Les gardes s'exécutèrent d'un pas pressé et tirèrent Mr.2 jusqu'aux sous-sols. Ils prirent plusieurs escaliers et arrivèrent à la cellule de l'agent. Ils le jetèrent à l'intérieur et partirent avec de mauvais sourires. Mr.2 leur jeta un regard noir avant leur départ de la prison. Puis, il entendit un bruit étrange. À la cellule voisine reposait quelqu'un qui somnolait paisiblement. Il semblait assez vieux, ridé, faible. Il portait des vêtements déchirés, dépareillés. Ce prisonnier devait être là depuis bien des années, pensais Mr.2. Quelques minutes passèrent et il se réveilla, baillant et s'étirant. Il balaya les autres cellules de son regard jusqu'à voir Mr.2.

Prisonnier: Qui êtes-vous ? Vous devez être nouveau !

Mr.2: Exact. J'ai été enfermé, tout comme vous. Connaissez-vous une issue ?

Prisonnier: Non, pas la moindre, désolé. Je suis là depuis cinq ans. 

À l'écoute du temps que son compagnon de prison était ici, le protagoniste était surpris.

Mr.2: Cinq ans ?! Comment...Que...!

Prisonnier: J'ai été amené ici pour une mission, mais j'ai été attrapé par ces enfoirés de gardes royaux.

Mr.2: Quelle sorte de mission ?

Prisonnier: Ça, je ne peux pas te le dire. C'est confidentiel.

Mr.2: Combien sommes-nous en prison ?

Prisonnier: Peut-être une dizaine. J'ai vu un bon nombre de mioches comme toi venir ici. C'est un enfer, cet endroit, mais aucun moyen de s'en sortir. Je m'appelle Kreodos, et toi ?

Mr.2: Moi, c'est Mr.2. Mais finit les présentations. Je dois sortir d'ici le plus vite possible.

Kreodos: Mr.2 ? Le gars qui a fait du grabuge dans les étages supérieurs ? Ta date d'exécution est annonçée pour dans trois jours, tu seras tué par un dénommé Arguan. Ce qui semblait être son maître n'était pas content que ce soit lui, mais le roi en a décidé ainsi.

Mr.2: Trois jours ?! Arguan ?! Comment ?

Kreodos: Pendant ce temps, fais tes prières, tu n'en as plus pour longtemps. Arguan, ce type est une véritable plaie, difficile de s'en débarrasser. Tous ceux qui ont voulu le vaincre ont été sévèrement blessés par son sabre, le Purgateur de Mondes. Tu ne pourras pas lui résister.

Mr.2 était effrayé. En effet, il n'aurait aucune chance de se débarrasser des menottes afin de se défendre contre son futur bourreau. Il n'avait aucun plan en tête et il pourrait très bien être vaincu prochainement. Le temps passait et il pensait à sa mort ainsi qu'à des moyens complètement fous pour s'en sortir. Puis, il eut une idée.

Mr.2: Ecoutez. Lorsque les gardes m'escorteront jusqu'à l'échafaud, je les abattrai de simples coups de pieds. Vous qui êtes ici depuis cinq ans, vous savez où se trouve celui qui a les clefs ?

Kreodos: Exact. Je pourrais très bien te libérer pour s'enfuir.

Mr.2: Pourquoi ne jamais avoir pensé à cette solution auparavant ?

Kreodos: Tout simplement car nous n'étions pas assez puissants.

Mr.2: Que voulez-vous dire ?

Kreodos: J'ignore si vous le savez, mais sur chaque cellule est inscrit un numéro. Ce dernier confirme le niveau de dangérosité de la personne. Le mien est le un tandis que le votre est à quatre. Vous voyez où je veux en venir ?

Mr.2: Oui, je comprends.

Quelques heures passèrent et Mr.2 fut réveillé par des bruits de pas qui descendaient des escaliers qui menaient à la prison. Il vit une ombre moyennement grande se dessiner sur le mur, puis il le vit. C'était Arguan. Ce dernier ricanait à la simple vue de Mr.2, ce qui provoqua la colère de l'agent du Baroque Works. Le bourreau du protagoniste s'exclama:

Arguan: Cette fois, tu n'as pas la moindre chance de t'en sortir ! Je vais enfin pouvoir te tuer, je n'attends que ça avec impatience !

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .